Mon Compte

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Notre chorale
Nous interprétons des chants en langue d'Oc sur des airs de bourrée
Nos danses
A 2, à 3, à 4, à 6, à 8... Nos danses sont reprises d'autrefois
Notre orchestre
A la cabrette, la vielle, ou à l'accordéon, nos musiciens nous font danser sur des morceaux traditionnels

La Bourrée fait son stage

Vendredi 5 octobre 2018, les membres de La Bourrée de Paris se sont donné rendez-vous à la Porte de Saint Cloud à 19 heures.

Direction : la Normandie.

Objectif : stage de perfectionnement et intégration des « petits nouveaux » durant deux jours.

Il est l’heure. Nous partons en convoi pour deux heures trente de route afin de rejoindre le domaine du Tapis Vert.

La Bourrée de Paris ou l’été de tous les festivals !

L'été 2017 a apporté son lot de spectacles exceptionnels : l’UNESCO à Paris et le Festival international des Cultures du monde à Romans-sur-Isère, deux expériences enrichissantes pour tous les membres du groupe.

Top chrono !

Toutes les conditions étaient réunies pour un spectacle de qualité sur la grande scène de l’UNESCO, place de Fontenoy à Paris. Pourquoi au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture ? Parce que l’UNESCO a aussi

BOLIVIE 2016 : La Bourrée de Paris de retour en Amérique latine.

La Bourrée a repris les airs… du 23 octobre au 4 novembre 2016 pour se rendre dans un nouveau pays d’Amérique latine, à l’invitation du Festival international de danses folkloriques de l’Université catholique de Bolivie.

Après le Paraguay en 2014, c’était le tour de la Bolivie pour quelque 27 danseurs et musiciens du groupe qui avaient pris sur leurs vacances d’automne pour vivre une expérience singulière dans l’hémisphère sud à près de 4 000 m d’altitude… En effet, pas évident de danser et jouer à une telle altitude !

Un temps pour la danse !

Arrivé à La Paz, le groupe a tout de suite été dirigé par ses hôtes, le ballet folklorique de l’université, vers la ville de Cochabamba (à seulement 2 500 m. d’altitude) pour un bref séjour d’adaptation. Les répétitions, spectacles et défilé se sont succédés pendant 3 jours et 2 nuits dans un climat tempéré autour de 25 degrés. Les deux soirées au théâtre municipal de cette ville de plus de 600 000 habitants ont non seulement permis de mettre en scène les enchaînements réglés par Guillaume Mouret assisté d’Antonin Cazals, mais aussi de faire connaissance avec les programmes proposés par les autres groupes invités.